.. [] / . .. // , 1889. . 62. - 3. . 707-716. .: () , , 17- 1795 . , 17- 1831 . .

 

 

 

() ,

 

,

. 17- 1795 . , 17- 1831 . .

 

, , , , , XIX , ; Vuhr. , , . . , ; lhrbs.

, , ¹); , .

1815 , , . , , ,

¹) . , . 1873 ., . VIII, . 398 400: , . . .

 

 

708

, 12- 1820 ., , ¹).

( ) ; 1830 ; , , , 17- 1831 .

, . . , , , . 1877 ., XX, , . 252, .

, , , , - , . . ( . 1877 1878 ., XIX, XX XXI), , ²).

, ; . . , , , (. . 1877 1878 .). , -, ... , 1825 .

, , , , , - . , , , , . . . . ; , -

¹) I 8- 1820 .

²) . , . 1878 ., . XX, . 375382, . XXI, . 28, 242, 374377.

 

 

709

. . . 1830 ; , . .

 

 

 

I.

l-er de l'an 1830.

De la douceur, de la tempérance et de la résignation.

 

Notre accord avec les objets hors de nous, c'est à dire la manière de traiter avec les objets extérieurs, peut se reduire à ces trois points: 1'art d'en jouir, 1'art de s'en passer, 1'art de les supporter.

Trois qualités à cet effet, ma paraissent, indispeusables: être doux avec ses semblables, fort contre les plaisirs, soumis aux maux nécessaires.

Il faut prendre garde, qu'aucune de ces qualités ne se détourne de son objet, car si au lieu d'être fort contre les plaisirs, on est fort contre ses semblables, on les repousse, on en est haï. Si la douceur descend jusqu'a la soumission, elle perd de son caractère, elle devient de la faiblesse. Si on est fort centre les maux nécessaires, c'est à dire, si on veut les combattre, on augmente leur action: on devieut impatient et colère. Si on est doux et soumis avec les plaisirs, on devient mou et afféminé. La douceur n'est pas précisement de la bonté. La rudesse est l'opposé de la douceur. La douceur n'est pas non plus l'aménité qui appartient spécialement aux manières. Un homme du monde peut avoir de I'aménité sans être doux. La douceur est une disposition générale produite par la bonté c'est la condescendance et la fléxibilité de notre ton au ton des autres. Mais cette fléxibilité doit être volontaire, elle doit être produite avec ressort. Sans ressort, l'homme n'est plus doux, il est faible. Il n'y a pas d'abandon de sa part, il n'y a point de sacrifice, il y a soumission, servitude. La raideur est la trempe dure d'un égoiste; elle est différente de la rudesse. Elle est une arme de l'homme faible pour ne pas se laisser atteindre. Sa violence est la déffence de l'homme faible quand il est atteint. La douceur, mansuétude et gentleness. C'est par l'humilité qu'on aborde les hommes, c'est par 1'esprit qu'on les pénètre; c'est par la bonté qu'on les gagne et qu'on les conserve. La tempérance nous conduira elle même à dominer le sentiment vif de peines. Résignation l'orgueil de déployer de la resistance où il ne faudrait que de la soumission.

 

 

710

1- 1830 .

, .

 

(). , . . , : , .

, , : , .

, , , , , , . , . , . . , . , . . . , . , . , . . , . , . , , .

; . , . , , . , . , ; . . .

, .

 

 

.

1830.

Comment pouvoir combattre une passion dominante, qui s'est rendue la maîtresse du coeur?

Comment se mortifier et se résoudre à mourir à tout, quand on est sensuel?

Comment pratiquer cette vie intérieure, quand on a toujours aimé la dissipation?

 

711

Comment vivre dans un perpétuel renoncement à soi même quand on a toujours aimé le plaisir?

Enfin comment se déterminer à entrer dans une carrière pénible de la pénitence et la soutenir jusqu'a la mort, quand on est accoutumé à la molesse?

N'est ce pas la votre language? Sans faire attention, que rien n'est impossible à l'homme chrétien avec la grâce.

***

Sensuel. Voluptueux attaché au plaisir des sens. L'homme sensuel attend toute sa félicité d'une frêle machine, qui produit plus souvent la douleur, que la volupté. Sensualisme, système de ceux qui dédaignent la métaphysique, la pensée, ne reconnaissent que les sens et leur empire.

***

Dissipation. Action de se dissiper partout des regrets. Dissiper, consumer, détruire, déffaire, disperser une armée; le vent dissipe les nuages, la fumée, action de se dissiper, de se délasser de l'étude, ce qui l'opère, lui aide (la lecture, la conversation, le jeu, la promenade etc.) sont des dissipations, évaporations, consumations, consomptions, déperditions. Une vie passée dans la dissipation s'achève dans la langueur et dans la tristesse.

 

***

Toutes les créatures que l'homme veut faire servir à ses plaisirs deviennent les instruments de ses peines.

 

 

1830.

(). , ?

, ?

, ?

, ?

, , ?

? , , .

 

***

. . , , -

 

 

712

. , , , .

 

***

. . , , , , ; , , ; , , (, , , . .), , . , , .

 

***

, , .

 

 

III.

La charité et le monde.

La justice et le monde.

 

Conscience.

 

Tôt ou tard, quand les passions sont calmées, la conscience se soulève et imprime à notre conduite le sceau de la forfaiture.

 

 

1830.

(). .

.

 

.

 

, , .

 

 

V.

1830.

Les moines passaient le jour a trayailler faisant des nates, des paniers et d'autres ouvrages faciles, en méditant l'Ecriture Sainte. Ils jeunaient tous les jours, ne prenant leur nourriture que vers le soir, et ne vivant la plupart que de pain et d'eau. Ils s'assemblaient pour prier le soir et la nuit. Ils dormaient peu; gardaien un grand silence et s'exerçaient continuellement a toutes sortes de vertus. Leur travail suffisait non seulement pour les nourrir, mais encore pour fournir à des grandes aumônes.

 

 

713

1830.

(). , , . , , , . ; ; . , .

 

V.

 

Spiritualité de l'âme. L'abbé James.

 

L'abbé James etablit la spiritualité des l'âmes par de preuves morales et par des preuves métaphysiques.

Dans le premier point (preaves morales) par les passions et par la parole.

Dans le second (preuyes métaphysiques) par la facultée que nous avons de penser, de nous mouvoir et de nous déterminer librement.

La matière ne peut se mouvoire d'elle même, ce qui renverse tout le matérialisme.

 

***

Immortalité de l'âme.

 

M-r le curé de St. Etiénne (en France) prouve dans un traité l'immortalité de l'âme par les attributs divers de sagesse, de bonté, de justice. Par le sentiment unanime de tous les peuples et par le désir que nous avons d'un bonheur sans fin.

***

Eau vive et surnaturelle, qui fait qu'on ne sent plus l'altération qui inquiète.

 

***

Donnez moi cette eau vive de la grâce qui me désaltère pour toujours des plaisirs sensuels.

 

***

La samaritaine, elle était schismatique et idolâtre, voilà la corruption de l'Esprit.

 

 

714

L'amour charnel était sa passion et elle était pécheresse publique. Volià la corruption de son coeur et de toute sa personne.

 

***

Ecoutez, rendez vous et travaillez avec la grâce et vous emporterez tout, ce que vous voudrez sur votre esprit et sur votre coeur.

 

 

Il faut travailler et ne pas s'effrayer de la rudesse du travail, que la grâce exige quelque affreux qu'il paraisse à la molesse, la grâce saura bien l'adoucir!

Elle va expéer ses desordres par une confession publique.

L'eau morte de ces puits est la figure des voluptés criminelles, ou les âmes charnelles, qui en sont altérées puisent ces eaux corrompues et empoisonnées qui leur donnent la mort.

Elle les quitte et J. C. ¹) lui donne en leur place 1'eau pure et vivifiante de la grâce et elle lui rend par sa pénitence 1'eau précieuse par ses larmes.

 

***

Craignez et redoutez la corruption:

de l'esprit, la pensée;

du coeur, le désir, la volonté;

et de toute la personne, action;

Mon Dieu!

 

***

Jesus dans sa passion souffre pour nous, dans son esprit, dans son coeur, dans son corps.

 

 

 

1830.

(). . .

 

.

( ) .

( ) , .

, .

¹) Jésus Christ.

 

 

715

.

 

. ( ) , , , .

 

***

, , .

 

***

, .

 

***

.

. .

 

***

, .

, , , ; .

.

, , .

. X. . .

 

***

:

, ;

, , ;

, .

!

 

, .

 

 

716

VI.

Devoirs.

1830.

Si l'homme ne remplit pas ses devoirs envers Dieu, comment les remplira-t'il envers ses semblables? Que deviendront alors le respect et la soumission que les enfants doivent à leurs parents. La probité des serviteurs envers leurs maîtres. Les engagements sacred des époux? On règneront l'équité, la tempérance, la justice, la clémence? La connaissance de Dieu et de sa loi venant à disparaître sera bien-tôt remplacée par les malédictions, les passions, l'hommicide, le larcin, 1'adultère et le carnage. Car tel est selon un prophète le résultat de l'oubli de Dieu et de sa réligion. Revenons à Dieu et servons le avec fidélité.

 

 

.

1830 .

(). , ? , ? ? , ? , , ? , , , , , . , , . .

. . . .